Mumukouski

La cuisine (re)vue par Mumu

Archive of ‘Entrées’ category

Cannelloni de saint-jacques selon Thierry Marx

Aaaah Thierry Marx … Je ne sais pas si son secret se situe dans les éternelles baguettes qu’il utilise pour cuisiner, mais perso j’adore sa cuisine! Il faudrait d’ailleurs que j’investisse dans un de ses livres.  Je ne suis pas une fan de la cuisine moléculaire mais j’apprécie beaucoup la manière dont il l’utilise dans sa cuisine.

L’idée de cette recette vient de l’émission Top Chef où Thierry Marx avait participé à une épreuve comparable à celle des candidats.

 

 

Ingrédients pour 2 personnes:

8 saint-jacques

Jus de citron

3 blancs d’oeuf

2 tranches de pain de mie aux céréales

Beurre

Commencer par la réalisation des différents pains toastés.

Couper les croutes des tranches de pain. Aplatir la première tranche entière à l’aide d’un rouleau à patisserie. Y découper deux rectangles. Faire dorer ces rectangles au beurre dans une poêle. Réserver.

Découper la seconde tranche de pain en petits dés. Faire dorer la moitié des dés de pains à la poêle dans du beurre. Réserver.

Faire dorer fortement l’autre moitié (sans brûler complètement le pain), de manière à ce qu’il soit assez dur que pour être écrasé en miettes. Réserver et écraser les dés pour obtenir des miettes de pain.

 

Réserver la moitié des saint-jacques et couper l’autre moitié en petits dés.

Assaisonner les dés de saint-jacques de jus de citron. Y ajouter les dés de pain toastés et mélanger.

Faire mousser les blancs d’oeuf sans sel, verser dans une poêle beurrée et faire cuire à basse température. L’épaisseur de l’oeuf doit être la plus fine possible. Après cuisson, laisser refroidir quelques minutes.

Disposer le mélange de dés de saint-jacques et de pain toasté sur le blanc d’oeuf. Rouler pour obtenir un cannelloni.

Snacker rapidement les 4 saint-jacques restantes.

Dresser l’assiette en déposant le cannelloni sur le rectangle de pain toasté. Disposer les saint-jacques snackées. Saupoudrer de miettes de pain.

 

Royale de fromage de chèvre et d’ananas en brochettes et cresson frit

 Une mini-brochette très originale ça vous dit? 🙂

Pour cette entrée, il va falloir vous armer d’un peu de patience car la préparation prend quand même un peu de temps.  L’avantage par contre, c’est que les divers éléments qui la compose peuvent tous être préparés à l’avance.

 

Ingrédients pour 4 personnes (3 brochettes par personne):

Pour l’ensemble de la recette, j’ai utilié un ananas frais. J’en ai passé environ les 3/4 à la centrifugeuse pour obtenir du jus frais.

Le royal de fromage de chèvre:

20cl de crème à 30%

80g de fromage de chèvre émietté (prendre un fromage rond type camembert)

2 oeufs

Parmesan râpé

Sel et poivre

Porter à ébullition la crème, y ajouter le chèvre, saler et poivrer. Laisser fondre le fromage lentement à feu doux.

Hors du feu, incorporer les 2 oeufs et fouetter rapidement pour éviter qu’ils ne cuisent. Tamiser et verser dans un plat à four. Pour plus de facilité, j’ai tapissé mon plat de papier cuisson avant d’y verser la préparation. Saupoudrer d’un peu de parmesan râpé.

Enfourner au four, au bain-mariei, pendant 30 minutes à 220°.

Pour la gelée d’ananas:

10 cl de jus d’ananas frais

1/2 feuille de gélatine

Chauffer le jus d’ananas à feu moyen dans une casserole. Y incorporer la gélatine préalablement ramollie et essorée. Verser la préparation dans un plat sur une hauteur de 3mm environ et faire prendre au frigo.

Pour l’ananas:

1/5 d’un ananas frais environ

60g de beurre

Couper l’ananas en tranche de 3mm d’épaisseur environ. Les disposer dans un plat allant en four et recouvir de beurre fondu. Enfourner environ 30 minutes à 120° jusqu’à ce que l’ananas soit tendre.

Pour le sirop:

20cl de jus d’ananas frais

Verser le jus d’ananas d’une casserole, et le laisser réduire à feu moyen jusqu’à obtenir une consistance sirupeuse. Réserver.

Pour le cresson (ou cressonette) frit:

Huile neutre

1 petite poignée de cresson frais ou de cressonette

Faire chauffer un fond d’huile dans une casserole. Y plonger 30sec le cresson. Egoutter sur du papier absorbant.

Dressage:

Démouler le royal de fromage. Le couper en cubes de 2cm de côté. Faire de même avec l’ananas cuit au beurre. Découper la gelée en carré de 0,5cm de côté environ.

Monter les brochettes comme suit: ananas cuit au beurre – royal de fromage – gelée d’ananas.

Décorer l’assiette avec le sirop d’anans et le cresson fris.

Mini rouleau iceberg farci au crabe

Etant donné qu’il a fait relativement chaud ces derniers jours, j’avais envie de salades et de plats froids. Cette recette rempli deux rôles puisque le plat est froid et à base de salade … ‘cuite’ 🙂

Inspirée du livre de Fumiko Kono, j’ai néanmoins quelque peu modifié la recette.

Pour éviter que les rouleaux ne soient remplis d’eau, préparez les 2 ou 3 heures à l’avance et entourrez les d’un papier absorbant. De cette manière, les rouleaux ne seront pas trop humides au moment du service.

A déguster en entrée ou à l’apéro.

Ingrédients pour 2 personnes (4 rouleaux):

4 grandes feuilles de salade iceberg

1càs d’herbes fraîches (aneth, estragon, ciboulette)

Le zeste d’un demi citron vert

Une boîte de crabe

30g d’artichaut confit

Fleur de sel

Pour la sauce:

1/2 càc de wasabi

80g de yaourt grec

10g de mayonnaise

Le jus d’1/4 de citron vert

Plonger les feuilles de salade une par une 2 secondes dans de l’eau bouillante et les refroidir aussitôt dans de l’eau glacée. Déposer les feuilles sur du papier absorbant.

Découper l’artichaut confit en petits dés. Dans un récipient, mélanger le crabe, l’artichaut confit, les herbes et le zeste de citron. Assaisonner de fleur de sel.

Placer 1/4 de la farce sur une feuille de salade bien égouttée. Replier les côtés vers le centre et rouler de manière à obtenir une sorte de nems. Procéder de même avec les trois autres feuilles de salade. Entourer chaque rouleau d’une feuille de papier absorban et réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Pour la sauce: mélanger tous les ingrédients en faisant attention à la quantité de wasabi et de jus de citron vert. Réserver au frais.

 

 

Cake à la feta et aux herbes fraîches et sa chantilly de jambon blanc

L’autre jour, lorsque j’ai remis un peu d’ordre dans la cuisine histoire d’y caser une nouvelle poêle (non non je ne manque pas du tout de place), j’ai retrouvé une vieille recette d’un cake salé que j’aimais particulièrement. 

Je l’ai accompagné d’une chantilly au jambon. Bon évidemment ce n’est pas léger, mais c’est quand même vraiment bon!

Et puis moi, toutes ces herbes et la feta, je trouve que ça donne un petit goût d’été!

 

  

Ingrédients pour un cake 

180g de farine 

1 sachet de levure 

3 oeufs 

100g de gruyère rapé 

5cl d’huie d’olive 

15 cl de lait écrémé 

200g de feta 

3 poignées d’herbes fraîches hachées: persil, basilic, ciboulette 

Sel et poivre 

Beurre pour le moule

Ingrédients pour la chantilly (siphon de 1/2l): 

170g de jambon blanc 

30cl de crème à 30%MG 

1càs de ketchup 

1càs d’huile de noix 

1càc de moutarde 

1 jaune d’oeuf 

Sel et poivre 

Commencer par le cake.

Dans un saladier, mélanger la levure et la farine. 

Dans un second récipiend, battre au fouet les oeufs entier avec l’huile d’olive et le lait. Saler et poivrer. 

Verser la préparation aux oeufs sur la farine. Mélanger délicatement. Ajouter le gruyère, la feta coupée en dés et les herbes. 

Beurrer un moule. Y verser la préparation. 

Cuire à 180° pendant environ 50 minutes. 

 

Pendant la cuisson, préparer la chantilly. 

Mixer le jambon avec l’huile de noix, la moutarde, le jaune d’oeuf et le ketchup. Ajouter la crème. Saler et poivrer. Passer au chinois et verser dans le siphon.  Garder au frais jusqu’à utilisation.

Homard rôti au beurre, pâtes aux champignons des bois et à la marjolaine

Cela fait déjà quelques temps que j’avais repéré chez O’cool des promos pour des homards crus congelés. J’avoue que j’étais sceptique mais quand même un peu curieuse. Je pensais en fait que le homard congelé était toujours vendu cuit! Hé ben non :-). J’ai quand même retourné la question dans tous les sens avant d’en acheter un car pour moi le  homard, cela s’achète vivant … Le homard congelé cuit est lui très peu gouteux et plein d’eau et j’avais un peu peur d’avoir la même chose avec un homard cru.

Finalement il y a quelques jours je repère, toujours dans le même magasin, une promo pour un homard cru de 300g à je pense 6,99€. Hop, voila 2 mini homards dans le congélateur! Et quand je dis mini, c’est vraiment mini de chez mini!! Il faut compter un homard par personne pour une entrée … Au final pas sûre que ce soit réellement intéressant.

Au  niveau du goût par contre j’ai été positivement étonnée. Evidemment ce n’est pas équivalent à un homard frais! Un bémol, le homard a tendance à être un peu plus élastique. Petit paramètre à prendre en compte pour la manière de le cuisiner mais qui à mon sens n’empêche en rien l’utilisation de ce produit.

 

 

 

 

 

 

 

 

Ingrédients pour 2 personnes:

100g de pâtes fraîches

2 homards de 300g

15 cl de crème

Marjolaine fraîche

1 carotte

1 càc de concentré de tomate

Persil

Laurier

200g d’un mélange de champigons des bois

Beurre

Fond de volaille (environ 3 louches)

Commencer par cuire les homards à l’eau bouillante salée. Comme je l’expliquais plus haut, pour cette recette j’ai utilisé des homards congelés de 300g. Les plonger toujours congelés dans l’eau bouillante et laisser cuire 10 minutes. Oter la casserole du feu et laisser les homards encore 15 minutes dans l’eau de cuisson.

Lorsqu’ils sont refroidis, décortiquer les homards et réserver.

Réaliser une bisque avec les carapaces. Pour cela, dans une casserole, faire revenir un demi oignon coupé grossièrement dans un peu d’huile. Ajouter les carapaces et les faire suer. Ajouter la carotte, le persil, le laurier, le concentré de tomate, et couvrir d’eau à hauteur. Laisser mijoter environ 20 minutes. Passer au chinois en écrasant bien les carapaces pour en receuillir tout le jus.

Prélever 1,5 louche de bisque et la faire réduire de moitié. Crémer (environ 5 cl) et réserver.

Nettoyer les champignons et les faire revenir au beurre à la poêle. Saler et poivrer. Réserver.

Faire réduire le fond de volaille de moitié. Ajouter environ 15cl de crème, saler, poivrer, et ajouter la marjolaine fraichement ciselée. Donner un bouillon pour épaissir la sauce.

Cuire les pâtes al dente. Les égoutter. Dans un wok, mélanger, tout en chauffant doucement, les pâtes avec la sauce à la marjolaine.

Poêler les morceaux de homard au beurre pour les réchauffer.

Dressage: Dans une assiette creuse, les pâtes, surmonter avec les champignons, puis le homard. Décorer d’un cordon de bisque.

Blanc à manger d’oeuf façon rocher soufflé

L’autre jour je vous expliquais mes déboires culinaires avec un oeuf. En fait sur ce coup-là je n’ai qu’à me prendre à moi-même :-). Si j’avais un peu cherché sur internet j’aurais trouvé la solution à mon problème, où en tout cas j’aurais su ce que à je voulais arriver. Parce que là j’ai tatonné dans le noir le plus complet.

En fait il m’était revenu à  l’esprit une explication de Jean-François Piège concernant la cuisson d’un oeuf. Je ne savais plus exactement comment il faisait et n’avais aucune idée du résultat à obtenir. Donc j’ai foncé dans la cuisine, sans me rendre compte qu’une simple recherche sur internet m’aurait permis de lire la vraie recette et de voir une photo.

A la troisième tentative (2 essais ratés seulement, pas 3 comme je pensais),  ça a fonctionné! Contrairement à la recette d’origine, je n’ai pas égalisé la partie supérieure du blanc d’oeuf qui dépasse l’emporte-pièce, j’ai plutôt fait un petit tas qui à la cuisson prend une forme de rocher.

Au final ce n’est pas très compliqué … Mon premier essai était complètement raté car mon emporte-pièce était trop petit, donc le jaune n’était pas assez protégé par le blanc et il s’est cassé. Deuxième essai loupé car mon four est un peu lent et je n’avais pas laissé cuire l’oeuf assez longtemps.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ingrédients pour 2 personnes:

2 oeufs

Sel, poivre

Ciboulette

15g de cèpes déssechées

+/- 10 cl de crème liquide

Huile pour l’emporte-pièce

 

Commencer par réhydrater les cèpes. Les mixer avec la crème et (si nécessaire) un peu d’eau. Vous devez obtenir une consistance de soupe très épaisse. Saler et poivrer. Chauffer à feux doux.

Séparer les blancs des jaunes d’oeufs. Réserver les jaunes, de préférence dans leur coquille pour éviter de les casser.

Asaissonner les blancs de sel, poivrer et ciboulette hachée. Monter les blancs en neige très ferme.

Huiler généreusement un emporte-pièce (ou chemiser le avec du papier cuisson). Remplir le fond et les côtés avec le blanc d’oeuf en neige, laisser un creux au centre et y déposer un jaune d’oeuf. Recouvrir le jaune avec du blanc en neige. Bien lisser le haut de l’emporte-pièce ou au contraire déposer un petit tas de blanc en neige.

Déposer l’emporte-pièce garni sur un silpat et enfourner  10 minutes à 150° (pour mon four).

Sortir du four et démouler l’oeuf directement sur l’assiette. Garnir avec la crème de cèpes.

Dos de cabillaud, écrasé de brocoli, jus au wasabi et feuilleté aux cèpes

En cuisine, il y a des jours sans inspiration et des jours avec inspiration. Et dans cas-là mieux vaut en profiter, sortir les casseroles et mettre la cuisine en ébullition!

Ici l’idée m’est venue d’un jus à base de wasabi servi avec des légumes, dont j’avais reperé la recette dans un magazine. J’ai adapté la sauce et ai décidé de la servir avec du poisson, agrémenté d’un petit feuilleté.

Au départ je voulais utiliser un poisson blanc autre que le cabillaud, mais arrivée au magasin, le choix était restreint … donc cabillaud une nouvelle fois :-).

 

 

 

 

 

 

 

 Ingrédients pour 2 personnes:

200g de dos de cabillaud

140g de têtes de brocoli

1 rouleau de pâte feuilletée

20g de cèpes déssechées

1/2 càc de beurre

15 cl de bouillon de volaille

3 feuilles de lime

7 cl de lait de coco

Wasabi

Pour le feuilleté: commencer par réhydrater les champignons. Bien les égoutter. Ajouter environ 1/2 càc de beurre, saler et poivrer. Passer au mixer pour obtenir une purée épaisse qui pourra être étalée sur la pâte feuilletée. Il n’est pas nécessaire d’obtenir une purée « parfaite ».

Réserver un petite càc de cette purée pour la décoration de l’assiette.

Découper dans la pâte feuilletée deux rectangles d’environ 14cm / 5cm. Les tartiner généreusement de purée aux cèpes et les rouler en biais. Etirer le plus possible la cigarette obtenue pour la rendre plus fine. Cuire au four 15 minutes à 175° en la maintenant serrée, par exemple entre des emportes-pièces. De cette façon la pâte feuilletée gonflera uniquement un peu en hauteur en cuisant.

Il n’est pas nécessaire que le feuilleté soit chaud pour le service.

Pour les brocolis: cuire les têtes de brocolis à l’eau bouillante salée. Egoutter. Ecraser à la fourchette, saler et poivrer.

Pour la sauce: faire chauffer le bouillon de volaille, y ajouter le wasabi et le lait de coco. Ajouter les feuilles de lime et laisser infuser à feu doux pendant 5 minutes. Passer la sauce au chinois et réserver.

Pour le cabillaud: le cuire simplement à la poêle avec un peu d’huile d’olive. Saler et poivrer.

Dressage: Dresser les brocolis à l’aide d’un emporte-pièce. Entourer d’un cordon de sauce. Ajouter quelques grosses miettes de purée de cèpes dans la sauce. Poser le poisson sur les brocolis. Terminer par le feuilleté de cèpes.

Cabillaud rôti au beurre salé, émincé de chou-fleur à l’huile de noisette et pâte au spéculoos

Récemment j’ai fait l’acquisition du livre « Coco » publié aux éditions Collectif, après avoir lu plusieurs commentaires positifs à son sujet sur différents blogs.

Le principe: 10 chefs de renommée internationale présentent chacun 10 étoiles montantes de la cuisine sélectionnées dans le monde entier. J’ai commencé à analyser le livre de long en large, et à mettre des post-it dès que je voyais quelque chose qui me plaisait, c’est-à-dire toutes les 10 pages environ.

Tous les styles de cuisine sont abordés, aussi bien la cuisine moléculaire et très technique, que de magnfiques plats de pâtes, ou encore la cuisine asiatique.

Pour le premier test j’ai repéré une recette de poisson très rapide qui ne nécessite que peu d’ingrédients.  L’alliance du spéculoos avec l’huile de noisette et le vinaigre de Xérès rend le poisson particulièrement savoureux.

Petit bémol, à refaire, je diviserais les proportions de la pâte de spéculoos par 2 (ce que j’ai fait dans la recette ci-dessous) car à mon avis il n’est pas nécessaire de surmonter tout le poisson avec cette pâte, la moitié suffirait.

 

 

 

 

 

 

 

Ingrédients pour 2 personnes:

1 petit chou-fleur

2 pavés de cabillaud assez épais (c’est plus joli)

25g de beurre salé pour le biscuit

Beurre salé pour la cuisson du poisson

60g de spéculoos

1 càc de vinaigre de Xérès

Huile d’olive

Huile de noisette

Fleur de sel

A l’aide d’une mandoline, couper de fines tranches de chou-fleur. Attention, si elles sont trop fines, elles vont casser! L’idéal est d’environ 1mm d’épaisseur. Les tranches doivent être assez grandes pour être encore visibles lorsque le cabillaud sera posé dessus.

Faire mariner les tranches de chou-fleur environ 5 minutes avec de l’huile de noisette et un peu de fleur de sel.

Broyer le spéculoos et y ajouter le beurre salé et le vinaigre de Xérès. Etaler cette pâte au rouleau entre 2 feuilles de papier cuisson. Si nécessaire la faire durcir quelques minutes au congélateur pour pouvoir la découper plus facilement par la suite.

Dans une poêle faire revenir les pavés de cabillaud (côté peau si celle-ci n’a pas été retirée) avec du beurre salé. Continuer la cuisson et nappant le poisson avec le beurre devenu noisette.

Dressage: déposer les tranches de chou-fleur marinées dans l’assiette. Placer par dessus le cabillaud et le surmonter du « biscuit » au speculoos.

Homard poché dans sa nage au Sauternes

Cette année le réveillon du  nouvel an s’est fêté avec une joyeuse bande d’amis. Pour simplifier les choses, chacun avait mis la main à la pâte et préparé un petit quelque chose. J’avais hérité de l’entrée chaude.

Etant donné que nous étions quand même 10 et que je devais terminer la préparation de l’entrée dans une cuisine inconnue, j’ai opté pour un plat festif mais qui pouvait se préparer en grande partie à l’avance.

L’idée du homard vient du site « La cuisine de Fabrice ».

J’ai appliqué exactement la même recette hormis le fait que j’ai cuit la sauce 15 minutes au lieu de 10 (le goût d’alcool était encore très fort après 10 minutes) et que j’ai réchauffé le homard à la poêle avec du beurre au lieu de le réchauffer dans la sauce.

Je vous recopie la recette de Fabrice ci-dessous avec ces quelques modifications. Pour la version originale, c’est par ici.

 

 

 

 

 

 

Ingrédients pour 4 personnes:

(Quantités pour 1 entrée, doubler si le homard est servi en plat) :

2 homards de 500 g

2 carottes

2 branches de céleri

2 échalotes

2 càc de concentré de tomates

2 càs de cognac

20 cl de sauternes

30 cl de crème liquide

Gros sel

Beurre.

Dans une cocotte, mettre 5 l d’eau à bouillir avec 8 cuillères à soupe de gros sel. A ébullition, plonger les homards vivants. Maintenir à feu vif pendant 10 minutes. Retirer du feu et laisser les homards encore 5 minutes dans l’eau. Sortir et égoutter les homards. Jeter l’eau de cuisson. Une fois tiède décortiquer les homards. Récupérer la chair des pinces, des queues et des pattes sans les abîmer. Découper le homard en 2 dans le sens de la longueur.

Eplucher, laver et couper les légumes en petits dés. Dans une sauteuse, chauffer une noix de beurre et faire suer les légumes sans coloration. Incorporer le concentré de tomate. Ajouter les carapaces grossièrement concassées. Chauffer pendant quelques minutes. Verser le cognac et flamber. Mouiller avec le sauternes et la crème. Cuire à petite ébullition pendant 15 minutes et mélanger régulièrement. Passer la sauce au chinois ou au tamis et écraser les carapaces pour récupérer tout le jus. Rectifier l’assaisonnement avec le sel et le poivre si nécessaire.

Réchauffer les morceaux de homard au beurre dans une poêle.

Servir dans une assiette creuse et napper le homard de sauce.

Terrine de lièvre aux cèpes et à l’armagnac

Cette année pour le repas du réveillon du Noël, j’étais chargée de l’entrée froide. Comme l’année dernière d’ailleurs. Après la terrine de poisson l’année dernière, cette fois j’ai opté pour la terrine … de viande :-).  Ben oui fallait un peu varier.

Cette terrine est très festive et marie plusieurs saveurs.  Servie avec un confit d’oignons si possible fait maison, ce sera un vrai délice! L’idéal est de la préparer l’avant-vieille du jour de la dégustation car comme toutes les terrines, elle n’en sera que meilleure.

 

 

 

 

 

Ingrédient pour une terrine de 16 / 9 cm (6 personnes en entrée):

500g de lapin (cuisse et râble)

200g de gorge de porc

40g de foie de volaille

60g de cèpes réhydratées

2 baies de genévrier

3 tranches de lard

1/2 oeuf battu

1 échalotte

5 cl d’armagnac

Sel et poivre

3 feuilles de gélatine

Désosser le lapin et faire mariner les râbles (ou tout autre beau morceau qui restera visible dans la terrine) 15 minutes dans l’armagnac.

Faire revenir les cèpes à l’huile d’olive dans une poêle. Réserver sur du papier absorbant.

Hacher ensemble la gorge de porc (si cela n’a pas été fait par votre boucher), le foie de volaille et les cuisses de lapin.

Dans un récipient, mélanger la viande hachée avec le demi-oeuf, l’héchalotte hachée et les baies de genévrier concasées. Ajouter les cèpes et 3cl d’armagnac de la marinade. Saler et poivrer.

Chemiser les côtés d’une terrine avec la barde de lard. Remplir la terrine à mi-hauteur avec la préparation, ajouter les râbles qui ont mariné dans l’armagnac et recouvrir avec le reste de viande hachée.

Couvrir la terrine et cuire au four au bain-marie pendant 1h15.

Sortir la terrine du four et la laisser refroidir hors du frigo jusqu’au lendemain.

Le lendemain préparer la gélatine. La faire ramollir dans l’eau froide puis la porter à ébullition et ajouter 2cl d’armagnac. Verser sur la terrine et mettre au frigo.