Mumukouski

La cuisine (re)vue par Mumu

Houmous

Les recettes d’houmous sont aussi nombreuses que variées. Après 2 essais j’ai fini par en créer une des plus basiques mais qui a plu à tous ceux qui l’ont testées!

Ingrédients:

une boîte de pois chiche égouttés

huile d’olive

sel

cumin

jus de citron (facultatif)

Mixer tous les ingrédients ensemble … et déguster!

 

Verrine de Saint Moret au curry, crevette rose et mangue

Cette recette est inspirée du livre « Verrines: apéros et gourmandises », paru aux éditions Marabout et vendu (entre autres) chez Casa. Je l’ai quelque peu modifiée car dans la recette originale, le Saint Moret est utilisé tel quel dans les verrines. Or, le Saint Moret, c’est assez épais et donc pas aisément  utilisable avec une poche à douille à moins d’attraper des crampes au bras dès la 3ème verrine.

 Ingrédients pour 35 verrines environ:

1 mangue

300g de Saint Moret

crème

crevette rose

curry

Mélanger le Saint Moret avec de la crème de manière à avoir une consistance plus crémeuse dont vous pourrez aisément remplir vos verrines à l’aide d’une poche à douille.

Faire une brunoise de mangue.

A l’aide d’une poche à douille donc, remplir le fond de vos verrines de Saint Moret à la crème. Soupoudrer de curry. Ajouter 2 ou 3 crevettes roses, de la mangue, et de nouveau des crevettes. S’il vous reste de la crème de  Saint Moret, décorez la verrine avec une pointe de crème.

Filet de cabillaud sauce safranée, mille-feuille poireaux et pommes de terre

Encore une recette de cabillaud, nettement plus européenne cette fois.

Cela manque de couleur comme a dit Poupouski .. c’est vrai… mais comme d’autres, il s’agit d’une recette improvisée avec ce qu’il y a dans le frigo… donc pas toujours de quoi faire une magnifique décoration.

Ingrédient pour une personne:

1 filet de cabillaud

huile d’olive

safran

fumet de poisson (comme le fumet Liebig en poudre par exemple); compter environ 1dl

crème

pomme de terre

poireau

beurre

La sauce:

Faire réduire le fumet de poisson au 3/4, ajouter le safran et la crème.

Le poisson:

Saler et poivrer et le cuire à la poele avec un filet d’huile d’olive (ou de beurre si vous préférez)

Le mille-feuilles:

Laver et découper le poireau, le cuire au beurre avec du sel et du poivre. En fin de cuisson, ajouter une pointe de safran et un filet de crème.

Découper les pommes de terre en fines tranches comme pour un gratin et les cuire à l’eau. Personnellement je les cuis dans un minimum d’eau (un fond..), c’est beaucoup plus facile pour surveiller leur cuisson.

A l’aide d’un emporte-pièce, dresser le mille-feuilles: une couche de poireaus, une couche de pommes de terre, de nouveau des poireaux et des pommes de terre.

Verrine de mousse de jambon

Voici une recette de verrine que je fais régulièrement, très rapide, qui présente bien, et appréciée de tous.

 

 

Ingrédients pour environ 35 verrines:

600g de jambon (en tranches ou en bloc)

50g de roquette

150g de philadelphia

crème

tomates séchées pour la déco

paprika

 Mixer le jambon avec le philadelphia et de la crème de manière obtenir la consistance désirée. Ajouter le paprika et réserver au frais. Si vous n’aimez pas trop le philadelphia, vous pouvez sans problème en diminuer la quantité, et compenser par de la crème… et inversément !

Dresser les verrines: pour ce faire, déposer un lit de roquette au fond de chaque verrine. Puis, à l’aide d’une poche à douille, les remplir de mousse de jambon. Décorer avec les tomates séchées coupées finement.

Petit buffet de zakouskis

Samedi soir (le 8), mon amie Anne-Catherine fêtait son anniversaire chez elle avec une trentaine de personnes .. qu’il fallait nourrir un minimum!

Etant donné le nombre de personnes, j’ai réalisé des zakouskis relativement simple au niveau de la préparation, tout en essayant d’avoir des verrines qui présentaient bien.

Vous trouverez les différentes recettes réalisées dans les différents billets publiés hier et ces prochains jours.

En attendant, voici déjà une petite photo pour vous mettre l’eau à la bouche.

Tapenade d’olives vertes

Vite fait, bien fait, une tapenade d’olives vertes qui se dégustera avec plaisir à l’apéro sur des petits toasts. Vous pouvez en faire une plus grande quantité et la conserver au frigo après l’avoir recouverte d’un filet d’huile d’olive.

Ingrédients

150g d’olives vertes dénoyautées (ou moins…)

un filet d’anchois

persil

un filet d’huile d’olive (facultatif)

MIxer tous les ingrédients ensemble. Il n’est pas nécessaire de saler et poivrer. Si vous trouvez la consistance trop épaisse, vous pouvez ajouter un filet d’huile d’olive mais ce n’est pas toujours nécessaire… Après avoir essayé plusieurs marques d’olives vertes, j’ai remarqué qu’avec certaines (généralement les moins chères) il n’est pas nécessaire d’ajouter de l’huile d’olive.

Toasts aux herbes de provence

Lorsque j’ai le temps, je préfère faire des toasts moi-même que les acheter tout préparés dans les magasins. C’est nettement meilleur et cela ne prend finalement pas beaucoup de temps pour en avoir une grande quantité.

Ingrédients:

pain blanc

huile d’olive ou autre

gros sel

herbes de provence

Découper les tranches de pain suivant la forme voulue. Soit vous coupez les croutes et puis découpez la tartinea (par exemple) en 4, soit vous utilisez un emporte pièce pour obtenir des toasts ronds.

Etaler tous les futurs toasts sur une plaque de four recouverte d’un Silpat ou de papier cuisson. A l’aide d’un pinceau, badigeonner les toast d’huile. Personnellement j’utilise un mélange huile d’olive (3/4) et huile d’arachide (1/4), mais cela dépend de vos goûts personnels, vous pouvez très bien n’utiliser que de l’huile d’olive …

Ajouter les herbes de provence et le gros sel.

Cuire à 200° … environ 8 minutes, jusqu’à ce que les toasts soient croustillants. Bien surveiller la cuisson car quand ils ont commencé à cuire les toasts ont tendance à très vite brûler sur les bords!

Quand ils sont refroidis, vous pouvez les conserver 2 semaines dans une boîte.

Filet de cabillaud aux oignons rouges parfumé au colombo

Poupouski et moi-même revenons de vacances en Guadeloupe. Nous y avons mangé une certaine quantité de poisson frais et de poulet …

A mon retour, je me suis aperçue qu’un bocal d’épices à colombo trainait dans ma cuisine .. sans avoir jamais été utilisé.. Non pas que je n’aime pas ça, loin de là, mais il faut avouer que ce n’est pas vraiment l’épice que l’on utilise tous les jours…

 

Pour une personne:

1 filet de cabillaud

1 petit oignon rouge

fumet de poisson

huile d’olive

colombo

crème

Couper finement les oignons rouges et les faire revenir à l’huile d’olive dans une poêle. Ajouter environ 20 cl de fumet de poisson, le colombo (il en faut beaucoup, compter une grosse cuillère à café), et un peu de sel. Laisser réduire de manière à ce que la sauce épaississe. Quand la sauce a atteind la consistance désirée, la réserver dans un bol et cuire le filet de cabillaud (salé et poivré) dans la poêle. Cela lui fera prendre quelque peu la couleur jaune du colombo.

Lorsque le poisson est cuit, remettre la sauce dans la poêle et crémer.

Vous pouvez servir ce plat avec un riz thaï.

Chou rave tout simplement

Le chou rave, c’est lui:

 J’avoue mon ignorance, je ne savais pas du tout à quoi il ressemblait avant de faire sa découverte dans mon panier de légumes bio. Là sur la photo , les feuilles étaient déjà un peu fatiguées mais normalement elles peuvent tenir droite.  En le voyant, ça m’a un peu fait penser à un « monstre » de dessin animé.. mais je me suis abstenue de lui dessiner des yeux et une bouche.

 

Je l’ai cuisiné très simplement.

D’abord, le nettoyer, couper les feuilles, et éplucher le chou. Le couper en fines tranches comme pour un gratin (merci mon robot Prosper).

Faire revenir les tranches dans une casserole avec un fond d’huile d’olive, du sel, du poivre et de la noix de muscade.

 

 Quand le chou est presque cuit, ajouter un peu de crème fraîche liquide. Cela le rendre plus tendre. Terminer par du persil frais. Et le tour est joué.

J’ai goûté pour vous… Au Palais des Indes (Bruxelles)

Situé sur l’Avenue Louise, le Palais des Indes ne doit pas être confondu avec La Porte des Indes situé un peu plus haut.

Le Palais des indes est un restaurant indien dont le principal atout est le buffet proposé les jeudi, vendredi et samedi soir. Un large assortiment chaud-froid de mets indiens, à un prix attractif (moins de 30 euros je pense).

C’est bon, sans être excellent… mais c’est néanmoins toujours rempli. Le réservation est donc plus que conseillée.

J’allais oublier un aspect important : la décoration et l’ambiance musicale sont fortement influencées par Bollywood.

  • Ambiance : 8,0/10
  • Cuisine : 7,0/10
  • Rapport Qualité/prix : 7,0/10