Mumukouski

La cuisine (re)vue par Mumu

Posts Tagged ‘poisson’

Hamburger de saumon

 

Bon, rien de compliqué aujourd’hui. C’est presque une « anti-recette’.

 

Mais un hamburger à base de saumon frais, c’est quand même délicieux alors pourquoi s’en priver 🙂

En plus c’est hyper rapide à préparer! Et pour avoir goûter les recettes, le burger froid accompagné d’une salade n’est pas mauvais du tout non plus.

Burger de saumon

Burger de saumon

 

Ingrédients pour 4 hamburgers:

250g de saumon

2 càc de câpres

Ciboulette

1/2 oeuf battu

2 càs de chapelure

80g environ de gambas cuites

 

4 pains burgers

1 tomate

Salade

Sauce tartare, de préférence maison

Parmesan râpé

 

Cuire le saumon à la poêle.

Hacher les câpres et couper les gambas en morceaux.

L’émietter et le mélanger avec les câpres, la ciboulette, le demi oeuf battu, la chapelure et les gambas.

Diviser la préparation en 4 et façonner 4 gros burgers.

Déposer les burgers sur une plaque et faire cuire 15 à 20 minutes au four à 175° en les retournant à mi-cuisson.

 

Faire légèrement griller les pains.

 

Dresser les burgers en les garnissant de sauce tartare, tranches de tomate, salade et parsemer un peu de parmesan sur le saumon.

Dos d’eglefin/ boudin noir/carottes/navets

Poisson et boudin noir ensemble, cela vous tente? Peut être pas et je pourrais comprendre. Cela dit l’association des deux saveurs est vraiment délicieuse.

Au final, un joli plat rapide.

 

Eglefin / boudin noir/ carotte / navet

 

 

Ingrédients pour 2 personnes:

+/-300g de dos d’eglefin

1 gros navet

1 carotte jaune

1 carotte rouge

6 tranches de boudin noir

2dl de fond de veau

2càs de graines de sésame

1/2 piment rouge

Muscade

Détailler les carottes en julienne et le navet en dés.

Faire revenit le piment, la muscade et le sésame dans un peu d’huile d’olive. Ajouter les légumes et les faire revenir quelques minutes. Mouiller avec le fond de veau et continuer la cuisson. Egoutter les légumes et faire réduire le jus de cuisson.

Détailler l’eglefin en morceaux d’environ 4 cm et les cuire dans une poêle.

Faire revenir les tranches de boudin à sec et à feu vif dans une poêle.

Vous pouvez servir ce plat avec un écrasé de pommes de terre.

 

Flétan à basse température et son coulis vert

Le beau temps semble enfin s’être décidé à venir… Youpiiiiiiiiiii!!!! Vive les barbecues, les salades et les plats légers!  Et moi quand je pense ‘léger’, je pense ‘poisson’.

Un plat de poisson tout simple donc mais réellement plein de saveurs et très frais.

 

 

Ingrédients pour 2 personnes:

350g de flétan, en filet ou en pavé

Huile de pépins de raisin

5 branches de thym citron

1 botte de jeunes oignons

20cl de bouillon de légumes

Vinaigre de vin blanc (au goût)

1 càs de beurre

200g de petits pois

65g d’épinards

10 feuilles de menthe ciselées

2 petites tomates coupées en dés

Noix de muscade

150g de champignons ShimeJi   (ce sont eux)

 

Nettoyer les jeunes oignons,  faire cuire lentement au beurre la moitié du vert ciselé et les petits oignons.

Cuire les petits pois à l’eau salée  ‘al dente’.

Disposer le poisson dans un plat, saler, poivrer, ajouter les branches de thym citron et verser un filet d’huile de colza. Cuire au four à 75° jusqu’à ce que la température au coeur atteigne 58°.

Dans une casserole, faire chauffer le bouillon de légumes et le beurre. Ajouter un trait de vinaigre de vin blanc, les petits pois, les épinards, la menthe ciselée et les dés de tomates. Laisser mijoter 5 minutes. Saler et poivrer.

Poêler rapidement les champignons.

Servir le flétan entouré du bouillon vert, assaisonner d’un peu de noix de muscade, et surmonter des champignons.

J’ai goûté pour vous… L’Huitrière (Bruxelles)

Choisir un restaurant place Sainte-Catherine à Bruxelles n’est pas une sinécure… De nombreux établissements se côtoient, menus pour touristes et service désagréables parfois.

L’Huitrière est installée rue Quai au Briques, au bout d’une lignée de restaurants. Et après quelques visites, disséminées sur de nombreuses années, j’y retourne avec plaisir.

Le service est correct (on peut traduire par ‘on ne vous pousse pas dehors pour que la table soit rentabilisée plus rapidement‘), la terrasse agréable et l’intérieur bourgeois. Des lambris au mur de cette ancienne maison bruxelloise côtoient les photos des visiteurs prestigieux de l’établissement. La carte est bien fournie, et bien entendu, centrée sur les poissons et crustacés.

Les plats sont joliment présentés, les sauces, goûteuses, ne débordent pas de l’assiette, et la grillade de poissons rempli l’estomac. Un petit bémol, je me demande si certains produits n’ont pas été congelés…

La carte des vins propose un choix assez complets, même si les prix sont un peu surfait.

  • Ambiance : 7,5/10
  • Cuisine : 7/10
  • Rapport Qualité/prix : 7/10

Cabillaud au beurre blanc sur lit d’épinards

Un classique: le poisson blanc et les épinards. Avec une sauce classique de chez classique, souvent servie au restaurant, mais que l’on fait rarement chez soi. Et c’est dommage car c’est facile et très fin!

Pour le beurre blanc:

50g de beurre très froid

10g d’échalotes ciselées

10ml de vin blanc sec

5 ml de vinaigre de vin blanc

sel et poivre

Porter à ébullition les échalotes ciselées, le vinaigre et le vin (je vous préviens, ça sent pas très bon). Réduire très lentement « à sec »

Oter la casserole du feu, ajouter le beurre découpé en morceaux, mélanger lentement (ne pas fouetter!!). Assaisonner de sel et poivre.

Passer la sauce au chinois.

 

Pour les épinards, compter 250g d’épinards frais par personne (laver et cuit ça ne fait pas grand chose). Les laver, les blanchir, puis les repasser dans une casserole avec un peu de beurre, du sel, du poivre et de la poudre d’ail.

Le poisson se cuit simplement à la poêle avec un peu d’huile d’olive, du sel et du poivre.

Quand je vous disais que c’était facile…

J’ai goûté pour vous… Yamayu Santatsu (Bruxelles et Luxembourg)

Quand on parle de sushis, on ne peut pas passer à côté des enseignes du groupe belgo-luxembourgeois ‘Yamayu Santatsu‘ : 3 excellents restaurants japonais… et à mon avis les meilleurs sushis que j’ai jamais goûtés.

Trois restaurants ? En fait, deux à Bruxelles et un à Luxembourg

  • Le « Yamayu Santatsu » situé près de la place Fernand Coq à Ixelles est le restaurant le plus cher des trois. C’est également celui où il y a le plus de japonais présents dans la salle. Les sushis y sont merveilleusement bons et d’une fraîcheur incroyable… mais n’y allez pas pour le service ; l’accueil est souvent déplorable. Réservez y pour l’ambiance japonaise authentique.
  • Le « Hamashin » ne se trouve pas très loin du premier : chaussée d’Ixelles, près de la place Flagey. Qualité de sushis comparable à ceux du Yamayu Santatsu, mais une ambiance plus ‘étudiante’, et des prix un peu plus abordables.
  • Finalement, le sushis-bar luxembourgeois « Yamayu Santatsu« . Une établissement tout en longueur, ou les tables sont toutes les unes sur les autres ; La réservation y est donc impérative… Mais que de bonheur. J’y retourne régulièrement, et je ne suis jamais déçu : le maître-sushis derrière son bar prépare des plats de sushis à la chaine, avec un grand sourire, et il est toujours prêt à donner quelques explications. Les prix ? Il me semble que c’est plus abordable qu’à Bruxelles. Mais c’est un peu subjectif.

Je donne une note globale pour les trois restos. Ils sont tous à visiter…

  • Ambiance : 7,5/10
  • Cuisine : 9/10
  • Rapport Qualité/prix : 9/10